Divorce Nos Dossiers Aspects Penaux Img

Violences

La violence conjugale est une triste réalité, encore beaucoup trop fréquente en Suisse comme à l’étranger.

La violence peut être physique, psychologique ou sexuelle. Elle va de la gifle à répétition jusqu’au meurtre, en passant par l’aliénation mentale, le viol, le harcèlement, le stalking, les coups de couteaux, la séquestration, les injures, les menaces etc.

Les violences ne concernent bien évidemment pas que les couples hétérosexuels : par un arrêt du 7 septembre 2018 (1H183), le Tribunal cantonal de Lucerne a jugé qu’un partenaire violent peut être astreint à suivre des cours de sensibilisation.

En 2020, les autorités ont enregistré 20’123 infractions liées à la violence domestique. Ce n’est cependant que la pointe de l’iceberg car on estime que seulement 10 % à 22 % des victimes déposent plainte. 72 % des victimes sont des femmes. En moyenne statistique, tous les mois, une femme est tuée dans un contexte de violences domestiques.


Que faire en cas de violences conjugales ?

Pour plus de détails, notamment sur la liste des centres d’accueil, vous pouvez consulter les sites suivants :

Vous trouverez également des informations pratiques et utiles, selon les divers cantons, sur les sites suivants :

Plusieurs cantons (Genève. Neuchâtel, Obwald, Vaud, Valais, Zurich) ont des lois cantonales visant à lutter contre les violences domestiques.


Droit fédéral

Une victime peut demander des mesures d’éloignement.

Le dispositif a été complété par la Loi fédérale sur l’amélioration de la protection des victimes de violences qui a ajouté deux articles au Code Civil, les articles 28b et 28c.

L’essentiel en a été résumé dans le communiqué de presse.

Un Tribunal peut donc ordonner, à la condition que la victime le requière (art 343 al. 1bis CPC), une surveillance électronique (bracelet électronique), si une mesure d’éloignement est prononcée pour violences, menaces et/ou harcèlement sur la base de l’article 28b CC. Le tribunal compétent est soit celui qui ordonne la mesure d’éloignement, soit l’autorité chargée de l’exécution de la décision. Les cantons doivent avoir un service d’exécution.

La mesure de surveillance ne peut pas excéder six mois selon l’article nouveau 28c CC al.2.

La loi ne dit pas si le Tribunal peut ordonner à nouveau une surveillance de six mois, après l’échéance des six premiers mois ni quelle serait cette autorité pour ordonner la prolongation ou le renouvellement de la mesure, notamment si la mesure est ordonnée dans le cadre d’une séparation (MPUC / Mesures Protectrices de l’Union Conjugale) ou d’un divorce. C’est la jurisprudence qui le clarifiera.

Par ailleurs, les données GPS du bracelet électronique sont enregistrées mais ne sont pas transmises en continu. Il n’y aura donc pas d’intervention immédiate si la personne concernée pénètre dans le périmètre interdit et viole ainsi la mesure d’éloignement. Seul un examen a posteriori permettra de déterminer si la personne concernée a respecté ou non l’interdiction de périmètre.


Droit international

La Suisse a ratifié la Convention du Conseil de l’Europe sur la prévention de la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique le 31 mai 2017 (Convention d’Istanbul).

La Suisse a cependant émis plusieurs réserves sur l’application de la Convention d’Istambul, dénoncées par les organisations non gouvernementales des droits de l’homme (par exemple Human Rights).

La Cour Européenne des Droits de l’Homme a dit que les Etats membres de la Convention (comme la Suisse l’est) ont un devoir de prendre les mesures concrètes pour protéger les victimes d’acte de harcèlement en ligne.

Voir aussi : https://www.ebg.admin.ch/ebg/fr/home/themes/droit/droit-international/conseil-de-l-europe/convention-d-istanbul.html

Article mis à jour le 05/05/2022